870, 49e avenue, Montréal
438-275-2164
cesproquebec@gmail.com

Le décideur avant la tempête

Centre d'Études des Savoirs Professionnels

Le décideur avant la tempête

Au sein des municipalités, le décideur est souvent celui qui est appelé le contremaître des travaux publics liés à la voirie. Ce cadre intermédiaire de proximité a donc sous sa responsabilité une ou des équipe(s) de travailleurs qui sont liées notamment aux opérations d’entretien hivernal. Selon la densité de la population, le territoire à couvrir et les budgets de la municipalité, il peut être responsable du travail d’un ou des corps de métier suivants : les mécaniciens des roulants (chenillettes, véhicules automobiles et machineries lourdes), les opérateurs de machineries lourdes, les patrouilleurs, les soudeurs, les carrossiers ainsi que le personnel de soutien du service de la voirie. Par exemple, une grosse municipalité aura un contremaître par corps de métier mais dans une petite municipalité, il incombera au contremaître de faire effectuer le travail à tous les corps de métiers liés à la voirie.

En ce qui concerne les opérations liées à la viabilité hivernale et ce, peu importe la taille de la municipalité, son processus de travail peut se traduire en quatre grandes étapes : planifier, organiser, diriger et conclure les opérations d’entretien hivernal de ses circuits selon les directives et devis en vigueur. Au sein de chacune de ces étapes, il lui incombe plusieurs tâches. Lors de la première étape, soit « planifier les opérations avant la saison », il doit prendre connaissance des exigences telles les directives, les devis et les échéanciers, définir les circuits des opérateurs, estimer les besoins en matériaux, matériels et ressources humaines, définir le ou les lieux d’entreposage et le ou les sites de dépôt de neige usée. Suite à cette planification, il doit communiquer les besoins aux instances appropriées. La deuxième étape, soit « organiser les opérations avant la saison », il doit voir à s’approvisionner en matériaux, préparer le matériel tels les camions, prévoir les ressources humaines et voir à former les opérateurs, organiser l’approvisionnement en services tel l’endroit où il prendra ses informations météorologiques, organiser la disposition de neige usée et préparer le réseau en identifiant des situations propices à d’éventuelles réclamations et plaintes ou en installant les balises et clôtures à neige. La troisième étape, vue précédemment en expliquant le processus décisionnel, soit « diriger les opérations d’entretien hivernal » lui demande d’anticiper et de préparer les interventions avant la précipitation, de gérer les interventions pendant la précipitation et de conclure ces opérations dès la fin des précipitations. Lors de la dernière étape, soit conclure la saison, il doit voir à remiser les équipements, dresser l’inventaire, récupérer les balises, inspecter les circuits et traiter les réclamations. Un élément important de cette étape est de faire le post-mortem de la saison afin de dégager ce qui peut être amélioré pour la saison suivante.

En somme, pour effectuer de façon optimale ses tâches et fonctions, le contremaître doit détenir un niveau de compétence professionnelle exigeant la maîtrise de nombreux savoirs tout en sachant gérer moult paramètres tant internes qu’externes. Il va sans dire que chacune de ces étapes comporte de multiples notions qui doivent être prises en compte afin de protéger l’environnement.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils